Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 04.12.2011 10h49
La zone refuse l'investissement de projets « sales »

Les autorités d'une nouvelle zone d'exploitation près de la baie Bohai ont refusé au moins 10 milliards de yuans (1,57 milliard $) d'investissements parce ceux-ci pouvaient nuire à l'environnement, selon les déclarations d'un haut fonctionnaire, jeudi.

Depuis les récentes fuites de pétrole, des experts et des responsables ont exprimé leurs préoccupations sur les activités humaines dans les eaux maritimes « fragiles », au large de la côte de la province du Hebei, en Chine du Nord.

« La nouvelle zone d'exploitation d'échelon national sera une concentration d'industries vertes », a déclaré Zhao Yong, vice-gouverneur du Hebei, lors d'une conférence de presse sur la zone qui avait été organisée par l'Office d'information du Conseil des affaires d'État, jeudi.

Le Conseil des affaires d'État a approuvé le plan de développement le 27 octobre, a-t-il dit, ajoutant que, la semaine dernière, 111 entreprises d'État avaient convenu de former des partenariats d'une valeur de 690 milliards de yuans avec le gouvernement provincial. La plupart des projets seront situés dans les régions côtières.

Selon le vice-gouverneur Zhao, les produits chimiques, la fabrication d'équipement, l'aciérie et la logistique seront les industries piliers de la zone. « L' industrie lourde et l'industrie chimique seront soutenues par des modèles de développement de haute technologie, écologiques et basés sur le recyclage », a-t-il ajouté.

Les autorités de la ville portuaire de Caofeidian disent avoir refusé des investissements d'une valeur de 10 milliards de yuans, car ceux-ci n'étaient pas écologiques.

Cependant, ayant été établie des décennies plus tard que les zones dans le Sud et l'Est, la zone d'exploitation affronte une « situation grave » en matière de protection de l'environnement, a indiqué Du Ying, vice-ministre de la Commission nationale pour le développement et la réforme.

Le déploiement industriel et l'urbanisation exerceront une énorme pression sur l'écosystème marin de la baie Bohai « peu profonde et partiellement enclavée ».

Sun Baocun, professeur de l'université de Tianjin, a déclaré qu'il arrive fréquemment que le rapide développement en haute mer ne tienne pas compte du potentiel de l'océan, particulièrement en ce qui concerne la mise en valeur des terres et l'exploitation pétrolière et gazière en haute mer.

Des statistiques de l'Administration d'État des océans ont montré que l'écosystème de près de 83 % du littoral chinois est fragile, alors que les régions côtières représentent 70 % du PIB national.

« Des quantités considérables de polluants sont toujours déversées dans les fleuves qui se jettent dans la mer, et les risques d'éventuelles fuites de pétrole existent », a indiqué le vice-ministre Du, en ajoutant qu'il croit que le « développement de la zone n'aura pas d'impact important sur la baie ».

Le vice-gouverneur Zhao du Hebei a dit que son gouvernement tente d'intégrer des services publics tels que le bien-être social, l'assurance maladie et les systèmes de pension à ceux de deux municipalités voisines de la province, Beijing et Tianjin.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le Premier ministre chinois s'engage à redoubler d'efforts pour venir en aide aux porteurs du sida
Nouvelles principales du 2 décembre
Ce ne serait pas seulement le vaincu qui « paierait un prix cher » pour la guerre
L'immolation par le feu vue de la règle fondamentale du bouddhisme
La France désire être le « sonnailler » quant à l'ingérence dans la situation en Syrie