Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 12.04.2011 16h00
Les scientifiques chinois rassurants sur la sécurité alimentaire

Les experts nucléaires et océaniques de Shanghai essaient de calmer les craintes qui se sont répandues au sujet de la sécurité des produits de la mer, disant que la probabilité que de les eaux contaminées provenant de la centrale nucléaire japonaise endommagée de Fukushima n'atteignent les régions côtières de la Chine demeuraient faibles.

Mardi, Tokyo Electric Power Co a commencé à déverser plus de 10 000 tonnes d'eau radioactive dans le Pacifique, alimentant des inquiétudes au sujet des impacts possibles sur la vie marine et la sécurité des approvisionnements alimentaires de la Chine.

Tang Wenqiao, Professeur à l'Université Océanique de Shanghai et spécialisé dans la pêche et les sciences océaniques, a déclaré au Global Times que les courants océaniques provenant des eaux situées à proximité de Fukushima n'atteindraient pas la Mer de Chine Orientale ou la Mer Jaune avant la fin de l'été.

« Les courants qui viennent du Japon voyagent en direction du Sud-Est vers les Philippines, ce qui fait que les eaux radioactives n'atteindront pas les eaux côtières de la Chine », a dit le Professeur Tang.

Il a ajouté que quand les courants océaniques atteindront les zones côtières de la Chine, les éléments radioactifs auront été dilués, parce que la pollution nucléaire s'amoindrit au fur et à mesure qu'elle s'éloigne de sa source, et les produits de la mer et l'eau en Chine demeureront dans les niveaux de sécurité édictés par l'Organisation Mondiale de la Santé.

Il a ajouté que les ressources en eau fraîche de la Chine ne seront pas polluées par le courant océanique contaminé.

D'après Fan Shoulin, Président de l'Association Commerciale des Pêcheries de Shanghai, seuls 2% des 800 000 tonnes annuelles de la ville sont venues du Japon l'année dernière.

« La majorité des produits de la mer fournis localement est élevée dans des fermes marines situées le long des côtes de la Mer de Chine Orientale, qui n'ont pas été touchées par les fuites radioactives ».

Il a ajouté que les pêcheurs locaux partent habituellement vers le pacifique entre mai et novembre, dans des eaux situées à environ 300 miles nautiques de la centrale, trop loin pour qu'elles soient touchées par la contamination.

Cependant, d'après M. Fan, il est nécessaire que les autorités accentuent la surveillance de l'alimentation, afin d'assurer que les produits alimentaires importés du Japon sont sûrs pour la consommation publique. Le Centre Chinois pour le Contrôle et la Prévention des Maladies a confirmé qu'il n'avait trouvé aucun élément radioactif dans le lait ou l'eau potable.

Quant aux épinards contaminés trouvés sur le marché, Su Xu, Directeur de l'Institut National pour la Protection Radiologique, a dit qu'ils ne présentaient aucun danger pour l'homme à condition d'être bien lavés.

Chen Wei, directeur du Département National de Contrôle de Sécurité des Radiations au Bureau de Protection de l'Environnement de Shanghai, a déclaré lundi au Global Times que les autorités continuaient à surveiller la situation.




Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine lance son 8e satellite pour son réseau de navigation international
La Chine s'engage à garantir la transparence des informations lors des urgences environnementales
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident
Les chiffres des dépenses de sécurité publique de la Chine déformés par les médias étrangers
La Chine et l'Inde, moteurs de la croissance asiatique
Nicolas Sarkozy cherche à atténuer le rôle de la France dans la guerre contre la Libye
La Boîte de Pandore a été ouverte en Libye