Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 07.03.2011 08h12
Débuts difficiles pour les voitures à nouvelles énergies en Chine

L'année 2011 est la première année du XIIe plan quinquennal, ainsi qu'une année clé pour la Chine dans le changement de son mode de développement économique. En tant qu'importante composante de l'économie d'énergie et de la réduction des émissions, les voitures à énergies nouvelles sont inscrites comme l'une des nouvelles filières stratégiques à développer, et le secteur continuera à bénéficier d'importants soutiens financiers et de mesures politiques de l'État.

Dans le programme de l'industrie automobile de Chine pour la période du XIIe plan quinquennal, le développement des voitures à énergies nouvelles s'est vu donner la plus grande priorité sur les cinq ans à venir. Il est indiqué qu'à l'horizon 2015, la vente de voitures à nouvelles énergies doit atteindre le million d'unités par an. Dans les faits, qu'il s'agisse de subventions gouvernementales jusqu'à 50 000 yuans sur ce nouveau type de voitures, de la constitution par 16 entreprises publiques du « porte-avion » des voitures électriques, de la révélation du Programme de développement industriel des voitures à énergies nouvelles, du « grand bond en avant » des collectivités locales et des entreprises, ou de l'exposition des voitures électriques de Shenzhen, on peut dire que les voitures à énergies nouvelles se sont placées, durant l'année écoulée, au centre des projecteurs.

Cependant, malgré l'enthousiasme et les incitations financières des autorités et des entreprises, les technologies et la R&D du secteur des voitures à nouvelles énergies n'ont pas connu d'améliorations notables, et certains professionnels expriment leurs inquiétudes quant à la formation d'une bulle. Chen Bin, directeur général du département de coordination des industries de la Commission d'État de la réforme et du développement (la plus haute instance régulatrice de l'économie chinoise), a expliqué qu'à l'heure actuelle, nombreuses sont les régions à passer à l'action, les unes après les autres, pour monter un projet d'automobile à énergies nouvelles, alors que bon nombre d'entreprises ne maîtrisent en fait pas la technologie clé, ni ne possèdent les capacités dans la R&D. Cela est défavorable au développement sain de cette industrie émergente.

Au centre des attentions de divers milieux, le Programme du développement industriel des voitures économes et à énergies nouvelles pour 2011-2020 sera rendu public dans le courant de l'année. Selon les éléments dévoilés à ce jour, les autorités financières centrales injecteront une centaine de milliards de yuans pour soutenir la R&D et la généralisation des techniques clés des voitures économes et à énergies nouvelles. Dans les cinq prochaines années, les voitures à énergies nouvelles entreront officiellement en phase de production de masse dans le pays.

Cependant, ce programme, dont la publication était initialement prévue pour fin 2010, tarde à lever le voile. Selon plusieurs reportages, comme les normes n'ont pas pu être unifiées, la date de publication a dû être reportée plus d'une fois. Dès juin dernier, date où l'on a commencé à solliciter des commentaires, le projet avait suscité une grande attention de la part du public. En novembre dernier, le programme a été soumis au Conseil des affaires d'État pour approbation. Selon le projet dévoilé auparavant, la vente de voitures à énergies nouvelles devrait atteindre 5 millions d'unités en Chine d'ici 2020. Parmi les ventes de voitures de passagers, les véhicules hybrides devraient en représenter la moitié.

Le programme définit la voiture électrique comme une importante orientation stratégique de la conversion de l'industrie automobile. Au final, la Chine passera à la production de masse des voitures hybrides et électriques. Parallèlement, elle accélèrera la R&D dans les technologies de voitures à piles à combustible, déclare Chen Quanshi.

M. Chen Quanshi, directeur de le Société des voitures électriques relevant de la Société de l'ingénierie automobile, a participé à la rédaction dudit programme. Il explique que lors du choix de la voie technologique à adopter, ce qui est à clarifier en premier lieu est de connaître notre objectif. Celui-ci est-il de réaliser des percées technologiques ou d'œuvrer à la production de masse ? Puisque la production de masse est notre but, nous devons nous concentrer sur l'essentiel. La pile à combustible est certainement l'orientation finale du développement. Mais nous ne réunissons pas les conditions de production de masse dans l'état actuel des choses.

Selon nos informations, dans la version définitive du programme, sont précisés le schéma et l'objectif du développement des voitures économes et à énergies nouvelles, les principales tâches, la répartition géographique des sites de production et les mesures politiques. En ce moment, les normes, y compris celles des stations, des bornes et de l'interface de recharge, sont en cours d'élaboration. Les normes de l'interface de recharge pourront bientôt être rendues publiques. On prévoit que le programme sera connu, au plus tôt, dans le courant du mois.

Encouragés par l'injection de fonds massifs par l'État et des mesures politiques encourageantes, les différents constructeurs automobiles ont rendu publics l'un après l'autre leurs propres plans et stratégies pour les voitures à énergies nouvelles. Selon des statistiques, toutefois incomplètes, au cours de l'année passée, au moins 60 fabricants automobiles ont déclaré s'engager dans l'industrie des énergies nouvelles. Cependant, cet enthousiasme affiché ne reflète pas une maîtrise des technologies avancées. À l'heure actuelle dans le pays, les voitures chinoises à énergies nouvelles souffrent toujours de contraintes, comme des défauts d'installations connexes, une absence de technologie clé et des prix de vente élevés. Les professionnels du milieu s'accordent à penser que la technologie des énergies nouvelles ne peut « doubler dans le virage ».

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine dévoile son plan de développement quinquennal lors de la session annuelle de l'APN
Arrivée à Beijing de la première délégation de la CCPPC
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence