Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 17.02.2011 15h55
L'ensemencement des nuages est sans danger, d'après les experts

Alors que la Chine fait des efforts pour manipuler la météo et provoque une intensification des précipitations pour lutter contre la sécheresse qui touche une grande partie du pays, les experts atmosphéristes ont tenté de rassurer le public, disant que la dispersion de produits chimiques dans le ciel n'est pas néfaste pour l'environnement.

« L'impact de la manipulation du temps peut être écarté, parce que les doses de catalyseurs sont trop faibles pour causer un problème », a ainsi dit Lei Hengchi, professeur spécialisé dans l'intervention météorologique à l'Institut de Physique Atmosphérique de l'Académie Chinoise des Sciences.

Si les sels d'iodure d'argent–le catalyseur le plus fréquemment utilisé pour pousser les nuages à décharger leur eau- sont en effet considérés comme une substance dangereuse et un polluant toxique, les quantités utilisées ne sont pas suffisamment importantes pour avoir le moindre effet sur l'environnement, a t-il expliqué.

La Chine procède au déversement de sels d'iodure d'argent, de glace sèche et d'azote liquide dans les nuages depuis un avion ou des stations au sol pour renforcer les précipitations sur les régions sèches depuis les années 1950.

La glace sèche et l'azote liquide n'ont pas le moindre effet sur l'environnement, a dit Wang Guanghe, Directeur adjoint du Centre d'Intervention Artificielle sur le Temps, qui dépend de l'Administration Météorologique de Chine, dont les propos ont été rapportés par le Quotidien du Peuple.

Ces substances, a dit M. Wang, se changent en gaz carbonique et en azote, des éléments qui sont habituellement présents dans l'air. Il est également d'accord pour dire que les quantités de sels d'iodure d'argent qui sont utilisées sont trop faibles pour avoir un impact, quand bien même la substance est considérée comme toxique.

M. Lei a ajouté que les expériences faites pour trouver des sels d'iodure d'argent dans le Réservoir de Huairou, situé à proximité de Beijing, après que ces sels aient été dispersés dans les nuages situés en amont, n'en ont pas trouvé la moindre trace.

Beijing a brûlé plus de 2 000 barres de sels d'iodure d'argent dans les stations de manipulation météorologique pour accentuer les récentes chutes de neige qui sont tombées sur la ville. Quelque 6,5 kg de sels d'iodure d'argent au total ont été utilisés.

Les sels d'iodure d'argent ont été dispersés sur une zone de 10 000 km carrés, ce qui veut dire qu'environ 1,3 gramme a été utilisé pour chaque kilomètre carré, a dit Zhang Qiang, Directeur du Bureau d'Intervention Artificielle sur le Temps de la capitale, dont les propos ont été rapportés mercredi par le Beijing Times.

« Une dose aussi faible ne saurait avoir un impact sur l'environnement », a t-il dit.

Afin de soulager la sécheresse qui persiste depuis octobre dernier, la Chine avait procédé à près de 2 200 mesures de contrôle de la météo à la date de lundi pour encourager les précipitations, d'après les dernières statistiques de weather.com.cn.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Dépuis 2009 je vois qu"en Bulgarie s"applique HAARP pour changement climatique e...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le PM chinois promet de renforcer les relations avec Brunei
Nouvelles principales du 21 novembre
Les Américains d'origine chinoise qui désirent faire une carrière politique doivent commencer à partir de « grass roots »
Les suggestions de FMI à propos de la Chine ne correspondent pas à la réalité de celle-ci
La coopération est-asiatique après le « retour » des Etats-Unis