Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 14.01.2011 08h29
La qualité de l'air se dégrade après la fin de l'Exposition universelle

Les résidents de Shanghai ont bénéficié, l'année dernière, d'un record de 92,1 % de jours avec un indice de qualité de l'air d'excellent à bon, les deux plus hauts niveaux d'une échelle en comportant cinq. Pourtant, en novembre et décembre, ils ont dû subir 60 % de jours pollués, soit le pire résultat depuis ces cinq dernières années.

Les chiffres ont soulevé des questions sur la qualité de l'air post-exposition universelle.

Des responsables du Bureau de protection environnementale de Shanghai ont annoncé que de strictes mesures visant à contrôler la poussière provenant des sites de construction et de la combustion de foin étaient en cours de discussion en vue de retrouver les journées de ciel bleu qu'a connu Shanghai pendant l'Expo.

Shanghai a enregistré 29 jours de pollution l'année dernière, dont deux jours très pollués le 21 mars et le 13 novembre. Sur ce total, 18 jours de pollution ont été relevés en novembre et décembre, soit six jours de plus qu'en 2009.

Les polluants les plus importants

La forte concentration de particules fines dans l'air est la cause principale de la mauvaise qualité de l'air.

La densité de particules fines au cours des deux derniers mois a augmenté de 32 % et la concentration de dioxyde de nitrogène s'est, elle, accrue de 12,3 % au cours de la même période de l'année dernière.

On attribue en partie ces résultats aux sites de construction locaux et à la combustion de foin réactivés après la fin de l'Expo, le 31 octobre et à un nettoyage moins fréquent des routes après la fin de l'événement.

La poussière générée par les tempêtes de sable dans les régions du nord du pays, les polluants causés par la vague de froid et la pollution locale sont les causes majeures de la mauvaise qualité de l'air.

Lors de huit journées polluées et peu ventées, Shanghai a également souffert d'un haut niveau d'oxydes de nitrogène, provenant de la production industrielle et des émissions de véhicules.

Changement climatique

« Les tempêtes de sable ont causé 13 jours de pollution l'année dernière, soit bien plus que les années passées », a remarqué Wu Qizhou, le vice-directeur du Bureau de l'environnement. « Les multiples manifestations du changement climatique, comme des tempêtes de sable plus fréquentes et un climat plus sec en hiver vont accroître les problèmes de pollution à Shanghai au cours des prochaines années. »

Le bureau a par ailleurs déclaré que des réglementations de protection environnementale plus strictes seraient mises en œuvre au cours des cinq prochaines années.

Lors du premier trimestre de l'année, le bureau a publié des mises en garde à la télévision et à la radio lorsqu'une journée de pollution était prévue. Ces annonces sont également faites dans les bus et dans les rames de métro et envoyées sur les téléphones portables.

On peut également consulter les prévisions sur le site Internet du Centre de surveillance de l'environnement de Shanghai.

« Les personnes âgées, parents d'enfants en bas âge, les personnes atteintes de maladies respiratoires et les établissements spécifiques comme les écoles et les hôpitaux ont la possibilité de recevoir directement ces alertes », a précisé Wu.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine annonce des politiques en faveur du développement des industries du logiciel et des circuits intégrés
Rencontre entre le président chinois et le secrétaire américain à la Défense
La Chine contribue à soulager la crise de la dette européenne
Les étrangers connaissent-ils réellement la Chine ?
Comment les Français imaginent la Chine ?
Les excédents commerciaux de la Chine sont gonflés par des méthodes d'évaluation obsolètes
Une décennie de défis en perspective pour la Chine