100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 05.03.2010 09h52
Une demande croissante pour la modification artificielle de la météo

La Chine va intensifier le processus de modification artificielle du temps dans les principales régions agricoles pour remédier à la sécheresse, a indiqué le directeur de l'Administration météorologique de la Chine.

Comme les sécheresses et les grandes tempêtes de grêle menacent sérieusement la récolte et l'approvisionnement alimentaire en zone rurale, il existe une demande croissante en technologies pour atténuer l'impact du mauvais temps, a indiqué Zheng Guoguang.

La technologie de modification des conditions météorologiques a également été utilisée pour assurer un ciel dégagé pour les grands événements, et ce procédé sera apparemment également utilisé pour la prochaine Exposition Universelle de Shanghai.

La modification des conditions météorologiques consiste à ensemencer les nuages avec des grains de « glace sèche » (dioxyde de carbone gelé) ou de minuscules particules d'iodure d'argent pour stimuler la pluie ou dissiper les nuages. Ce procédé est également utilisé pour aider à prévenir ou contrôler les incendies de forêt et remédier aux pénuries aiguës d'eau dans certaines régions, a-t-il indiqué.

Les données statistiques concernant les pertes causées par des catastrophes naturelles ces dernières années n'ont pas été immédiatement disponibles, mais une sécheresse chronique en 2007, la plus importante en une décennie, a causé des pertes de 37,4 millions de tonnes de grain, selon les statistiques officielles. La production céréalière annuelle est d'environ 500 millions de tonnes.

Zheng a indiqué qu'il espère que les projets de modification artificielle du temps contribueront aux efforts de la Chine pour accroître la capacité de production céréalière de 50 millions de tonnes par an.

L'année dernière, des fonctionnaires ont utilisé l'artillerie, des roquettes ou des avions pour provoquer les précipitations dans les zones de production de blé et dans certaines autres régions, en partie grâce à un fonds du gouvernement central de 60 millions de yuans (8,8 millions de dollars), a indiqué Zheng. Dans le passé, la plupart des fonds pour les projets de modification des conditions météorologiques provenaient des gouvernements locaux.

Au total, un nombre record de 840 vols ont été effectués pour accroître la pluie l'an dernier pour des zones de 3,6 millions de kilomètres carrés, soit environ un tiers du territoire chinois. Par ailleurs, au moins 116 000 roquettes et 890 000 obus d'artillerie ont été lancés pour provoquer des précipitations.

En Chine, les projets de modification artificielle de la météo ont coûté 910 millions de yuans en 2009, mais cela a permis de générer une production qui représente 30 fois ce montant, selon les statistiques du Centre de modification artificielle des conditions météorologiques.

L'agence météorologique a mené des recherches et le développement du programme technologique de modification des conditions météorologiques avec l'équipement nécessaire, un projet financé par l'Etat durant le 11e plan quinquennal (2006-2010). La recherche sera renforcée dans les années à venir, a-t-il indiqué, sans donner d'autres précisions.

Cette technologie a été utilisée pour assurer un ciel bleu pour le grand défilé de la Fête nationale l'année dernière, lorsque le pays a célébré le 60e anniversaire de la fondation de la Chine Nouvelle. Elle a également été utilisée pour les journées sans précipitations lors des cérémonies d'ouverture et de clôture des Jeux Olympiques de 2008 à Beijing, a indiqué Zheng.

L'Administration météorologique chinoise se prépare à mettre en place des services météorologiques pour l'Exposition universelle de Shanghai qui se tiendra entre mai et novembre de cette année et les Jeux asiatiques de Guangzhou, a-t-il indiqué.

L'événement de Shanghai sera un défi pour l'administration, car l'Exposition Universelle dure 184 jours et c'est la saison des moussons et des températures élevées.

La manipulation de la météo reste encore une discipline qui est en développement, mais elle possède un grand potentiel, a affirmé Zheng. Le pays a commencé à modifier les conditions météorologiques à l'échelle locale et régionale depuis 1958.

« Ce procédé reste encore à un stade de l'élaboration, et il y a encore beaucoup de problèmes à résoudre », a indiqué Zheng.

La modification des conditions météorologiques ne cause pas de pollution, puisque de très faibles doses de neige carbonique ou l'iodure d'argent sont utilisées, selon les responsables de l'Administration du Centre de modification de la météo (Weather Modification Center).

Par exemple, le Bureau de modification artificielle de la météo de Beijing avait contrôlé pendant des années la qualité de l'eau dans les zones où les projets de modification du temps ont été effectués. On a retrouvé la présence d'ions d'argent dans l'eau avec un taux bien inférieur aux standards autorisés pour l'eau potable en Chine.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : les "deux sessions" favorables à un mode de vie "à bas carbone"
La Chine insiste pour une solution diplomatique à la question nucléaire iranienne
Revirement des relations franco-russes qui ont dépassé la « période de gel »
Le « soulence » va-t-il enfin disparaitre des sessions annuelles ?
Le projet de reprise de Hummer était voué à l'échec selon les analystes
Les rappels de véhicules Toyota nous poussent à l'introspection
Il faut faire preuve de sincérité et de bonne foi pour pouvoir réaliser la coopération internationale en matière de la sécurité de l'Internet