100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 28.12.2009 08h50
Copenhague : rôle clef de la Chine pour assurer le succès des négociations climatiques (commentaire)

Des faits indéniables ont montré que la Chine, en faisant preuve de sincérité, de confiance et de détermination, a déployé des efforts maximaux pour pousser en avant les négociations sur le changement climatique à Copenhague, en espérant conclure un accord largement accepté.

SINCERITE

Avant son arrivée à Copenhague le 16 décembre, le Premier ministre chinois, Wen Jiabao, a eu des entretiens téléphoniques sur les questions du changement climatique respectivement avec les dirigeants japonais, brésilien, sud-africain, éthiopien, danois, allemand, britannique, ainsi qu'avec le secrétaire général de l'ONU.

Durant la conférence à Copenhague, M. Wen a effectué une navette diplomatique et a demandé au Premier ministre danois, Lars Lokke Rasmussen, et au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, de respecter l'équité. Plusieurs fois, M. Wen a participé aux réunions des dirigeants des pays BASIC (acronyme constitué de la première initiale de chacun des cinq pays, NDLR), groupe réunissant le Brésil, l'Afrique du sud, la Chine, l'Inde et le Soudan.

Il a également rencontré le président américain Barack Obama, la chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre japonais Yukio Hatoyama et le Premier ministre britannique Gordon Brown sur le changement climatique, et a exprimé sa compréhension sur les préoccupations particulières des petits pays insulaires, des pays en voie de développement (PVD) et des pays africains à l'égard de la question climatique.

Lors de la conférence, la Chine a également fait quelques concessions pour montrer sa sincérité et son esprit de coopération. Par exemple, la Chine a reculé et a concédé l'objectif de limiter le réchauffement global à un maximum de 2 degrés au-dessus des niveaux préindustriels, écrit dans l'accord de Copenghague.

Par ailleurs, la Chine a non seulement aidé les PVD à obtenir davantage de fonds autant que possible en provenance des pays développés pour combattre le changement climatique, mais a également a fourni son aide dans la limite de ses moyens aux PVD.

CONFIANCE

La confiance chinoise a été soulignée dans son adhésion à ses principes fondamentaux sur le changement climatique.

Premièrement, la Chine a insisté sur le mécanisme à double titre de la Convention-cadre de l'ONU sur le changement climatique et le protocole de Kyoto sur la base du principe des "responsabilités communes mais différenciées".

Deuxièmement, la Chine a rejeté les demandes de quelque pays de relier les mesures d'atténuation chinoises aux objectifs de réductions d'émissions obligatoires proposés par les pays développés. Le Premier ministre chinois a déclaré que les engagements chinois sont "non négociables et sans condition".

Troisièmement, la Chine a refusé d'établir une année fixée pour le pic d'émissions, car elle empêchera le développement des PVD, qui sont toujours confrontés aux missions prioritaires de développement économique et de réduction de la pauvreté.

DETERMINATION

La Chine a volontairement pris différentes mesures d'atténuation, bien qu'il n'y ait aucune demande obligatoire de la réduction d'émissions pour les PVD en vertu d'accords internationaux.

La Chine a été le premier PVD à adopter et à appliquer le programme national du changement climatique.

La capacité de production inefficace que la Chine a éliminée a atteint 60,59 millions de tonnes de fer, 43,47 millions de tonnes d'acier, 140 millions de tonnes de ciment et 64,45 millions de tonnes de charbon.

Jusqu'à la fin du premier semestre de l'année en cours, la consommation énergétique chinoise par unité du PIB a baissé de 13% par rapport au niveau 2005, soit une baisse de 800 millions de tonnes de dioxyde de carbone.

La Chine a fixé le nouvel objectif de réduire les émissions de dioxyde de carbone par unité du PIB de 40% à 45% d'ici 2020 par rapport au niveau 2005.

Lors d'un discours prononcé à la conférence de Copenhague, M. Wen a indiqué : "Nous respecterons notre engagement avec des actions réelles. Peu importe le résultat que la conférence pourra produire, nous serons pleinement engagés à atteindre voire même dépasser l'objectif".

Les actions et engagements affichent totalement la détermination chinoise à combattre le changement climatique.


La conférence de Copenhague

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Père Noël préfère le rouge chinois
Publication de la « Notice biographique chronologique sur Deng Xiaoping (1904-1974)
« C'est maintenant ou jamais » : le marché immobilier en pleine effervescence
Volte-face difficile de la Chine au Sommet de Copenhague
La bulle immobilière est-elle prête à éclater en Chine ?
Relations sino-françaises 2009 : après la pluie, le beau temps
Pourquoi la Chine ne peut-elle pas produire des best-sellers connus dans le monde ?