100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 26.11.2009 16h38
Un accord solide sur le climat est nécessaire

Les négociateurs chinois ont entamé une nouvelle phase dans leur campagne visant, lors de la Conférence de Copenhague, à garantir un accord sur le changement climatique qui soit valable.

Les négociateurs chinois disent que la Chine n'acceptera pas une déclaration politique vide lors du sommet du mois prochain. Au contraire, elle insistera pour rien moins qu'un accord global avec « un contenu substantiel ».

Yu Qingtai, ambassadeur chinois pour le climat, annonce que tout accord devra graver dans le marbre toutes les réalisations déjà accomplies depuis les deux ans de négociations qui ont déjà eu lieu en préparation de la Conférence de Copenhague.

Suivant M. Yu, l'envoyé spécial de la Chine pour les changements climatiques Xie Zhenhua, et Su Wei, directeur du service du changement climatique à la Commission du développement et de la réforme nationaux envisagent tous deux de tenir cette semaine une conférence de presse sur le sujet.

M. Yu a déclaré que la communauté internationale s'était mise d'accord pour que les pays riches se fixent un objectif significatif de réduction de leurs émissions polluantes, et il a dit que les Nations avaient déjà décidé qu'un mécanisme efficace de transfert de capitaux et de technologie aux pays les plus pauvres serait élaboré.

Dans le même temps, sous la foi des accords ayant déjà été conclus, les pays en voie de développement devront adopter les mesures nécessaires pour contrer autant que faire se peut le réchauffement climatique après avoir reçu les aides et l'assistance technique nécessaires.

« Un consensus peut permettre d'enrichir l'accord », poursuit M. Yu, qui a déclaré que son équipe avait travaillé de très longues heures avant son départ pour Copenhague la semaine prochaine.

Cependant, M. Yu précise que la Chine ne se fixera pas un objectif précis de réduction des émissions de carbone lors du Sommet, cela en dépit des pressions de nombreux pays souhaitant que Beijing accède à cette demande.

On ne sait pas encore à l'heure actuelle qui mènera la délégation chinoise lors du Sommet, qui se tiendra du 7 au 18 décembre dans la capitale danoise. Les Nations Unies ont annoncé que plus de quarante chefs d'Etat avaient annoncé leur présence. La Maison Blanche a pour sa part annoncé celle du président Barack Obama.

Mardi, Li Gao, directeur de département au Service du changement climatique de la Commission du développement et de la réforme nationaux avait annoncé que la Chine « apporterait son aide en vue d'obtenir un résultat tangible et essaierait de faire de ce sommet un succès ».

« Nous espérons que la Conférence de Copenhague sera un point de départ dans le processus de lutte contre le changement climatique, et la Chine a toujours joué un rôle actif dans ce processus », a-t-il dit. « La Chine fera tout ce qui est en son pouvoir pour que la Conférence de Copenhague soit un succès et ne terminera pas le sommet avec une déclaration politique vide ».

Mais il n'est pas entré dans les détails sur ce que pourrait faire la Chine pour que la Conférence soit effectivement un succès.

Yang Fuqiang, directeur pour les solutions contre le changement climatique global au WWF dit lui que les commentaires des négociateurs laissent entendre que la Chine insistera pour l'élaboration d'un engagement juridique incluant les progrès déjà accomplis.

« Par exemple, le Japon s'est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 25% d'ici 2020, en prenant comme base les chiffres de 1990. Parallèlement, d'autres pays ont également fait des propositions », dit M. Yang.

« La Chine a demandé à ce que la communauté internationale ne revienne pas sur ce qui a déjà fait l'objet d'un accord », a-t-il ajouté.

Car les pays européens se sont déjà vus reprocher d'être revenus sur des engagements antérieurs lors des précédentes séries de discussions sur le climat à Bangkok. Lors de ces négociations, l'Europe s'était alignée sur les Etats-Unis pour l'adoption d'un mécanisme séparé distinct du Protocole de Kyoto, d'après Li Gao.

Il a ajouté que la Chine essaierait d'accorder sa position avec celle de l'Union européenne lors du Sommet Chine-Union européenne de Nanjing à la fin de ce mois.

Le document qui sera rédigé à Copenhague pourrait aussi comprendre des projets de réduction des émissions venant de pays en voie de développement, dit M. Yang.

Pour Yu Qingtai, les espoirs que met la Chine dans la Conférence de Copenhague sont très simples.

« Nos demandes et nos attentes quant à la conférence de Copenhague sont très simples. Nous espérons que chacun fera un bon travail en respectant les engagements qui ont déjà été pris », dit-il.

« Aussi longtemps que les Nations rempliront les engagements qu'elles ont pris, et prendront les mesures nécessaires, sur la base de responsabilités communes mais différenciées, la Conférence de Copenhague devrait être, et doit être un succès ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le dirigeant de la RPDC reçoit le ministre chinois de la Défense
La Chine nie avoir mis des terres cultivables sur le marché pour faire baisser le prix des logements
Le traitement des ordures et des déchets afin de préserver le bel aspect de la ville
Il faut tirer les leçons de la catastrophe minière
Débats houleux autour du sujet concernant la castration chimique obligatoire
Paris discute de projets de nouveau métro
Match France-Eire : pourquoi on s'en prend seulement à Thierry Henry ?