Flash :

Voici comment sera l'homme dans 1 000 ans, selon des scientifiques Les fils du changement Mo Yan, le nouveau prix Nobel de littérature vu par la presse internationale Des célébrités au bout du doigt… Mo Yan "très surpris" d'avoir remporté le prix Nobel de Littérature Coupe du monde de futsal : le Maroc et l'Egypte se neutralisent (2-2) en amical CAN U17/éliminatoires : le Gabon affronte l'Angola samedi L'Égypte ouvre la pyramide de Khéphren et 6 tombeaux aux visiteurs L'automne coloré du Nord de la Chine Japon: séisme de magnitude 5,1 au large de la côte est de Honshu (USGS) Indonésie: Un fort séisme secoue le large de la région de Papua Un séisme de magnitude 6,5 secoue l'Indonésie Les Etats-Unis appuient l'inspection de l'avion syrien soupçonné de transporter du "matériel militaire" Les élections nationales en Israël devraient avoir lieu le 22 janvier 2013 La France ratifie le traité budgétaire européen Réunion trilatérale entre les Etats-Unis, le Japon et la Corée du Sud sur la RPDC L'avion syrien transportait des munitions de fabrication russe : PM turc France : manifestation des retraités Investiture du nouveau gouvernement jordanien, plusieurs portefeuilles importants restent inchangés Centrafrique : les parents invités à renoncer au mariage précoce de leurs filles

Beijing  Ensoleillé~Très nuageux  24℃~13℃  City Forecast
Français>>Culture

Les fils du changement (2)

( le Quotidien du Peuple en ligne )

12.10.2012 à 16h15

La création artistique est plus facile que de la confection de semelles mais rapporte plus. Les revenus moyens annuels de ces femmes étaient auparavant inférieurs à 4 000 Yuans (635 Dollars US). Elles peuvent maintenant gagner plus que cela en un mois.

« L'argent que j'ai gagné grâce à ce projet est suffisant pour payer les études de mon enfant », dit Mme Ding.

L'exposition dure jusqu'au 23 octobre.

La directrice générale du Gehua Design Center, Huang Hung, rappelle qu'elle d'abord connu le travail de Wen Fang dans une petite galerie du quartier artistique 798 de Beijing il y a cinq ans. Wen avait alors imprimé le visage souriant d'ouvriers de la construction sur des briques.

« Wen Fang crée des portraits d'orphelins et des installations sur les sans-abri », dit Mme Hung.

« Son travail est clairement à l'écart de la bulle l'art contemporain axée sur l'argent ».

L'enfance défavorisée de Wen Fang l'a incitée à se concentrer sur les personnes des marges de la société dans ses premières œuvres, dit-elle.
Son œuvre de 2009, « Pour continuer à vivre » montre des photos d'enfants pauvres imprimées sur de petits pupitres en bois. Il s'est vendu à plus de 200 000 Yuans.

« Mon art m'a apporté reconnaissance et richesse », a-t-elle dit.
« Mais qu'en est-il des enfants dont les photos sont sur cette œuvre ? Je veux qu'ils en profitent aussi ».

Lorsque Wen Fang a commencé à travailler avec les femmes du Ningxia, elle croyait les aider à lutter contre leur la pauvreté. Mais en fait, elle s'est rendu compte que ce sont ces femmes qui l'ont aidée.

« J'ai grandi à Beijing et, naturellement, je pensais que les gens qui ont moins d'argent ou de biens matériels que moi étaient plus pauvres que moi », dit-elle.

« Mais après je suis resté avec ces femmes, et j'ai appris qu'elles étaient riches en savoir-faire. Elles m'ont aidé à réaliser les idées artistiques que je n'aurais pas pu atteindre sans elles ».

Wen Fang dit que certaines marques de mode ont pris contact avec elle pour concevoir et fabriquer des produits avec ces femmes. Elle cherche encore la meilleure façon de réfléchir à ces offres.

« Le projet suivra son cours, mais il ne sera pas appelé« lutte contre la pauvreté à travers l'art », dit-elle.

« Nous travaillons ensemble. Nous contribuons à égalité. Et nous allons aller de l'avant ensemble ».



[1] [2]

  • Nom d'utilisateur
  • Anonyme

Photos

Les Articles les plus lus |Sontage

Pages spéciales