100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 31.12.2009 14h59
Montée rapide d'une conscience civique au sein de la societe chinoise (2)

La sixième, des étudiants de l'Université Chanjiang ont sacrifié leur vie pour secourir des noyés, ce qui montre un sens sublime de la conscience et de la responsabilité civiques.

Le 24 octobre 2009 à Jingzhou de la Province du Hubei, des étudiants de la première année de l'Université Chanjiang, qui faisaient une excursion automnale au bord du fleuve Yangtsé (Changjiang), ont remarqué que deux adolescents qui jouaient au bord du fleuve ont été emporté tout d'un coup par les flots et, sans hésitation, plusieurs étudiants se sont jetés dans les eaux impétueuses du fleuve pour les secourir, tandis qu'une dizaine de leurs camarades qui ne savent nager ont formé la main dans la main une « chaîne humaine » pour les aider. Les deux adolescents ont été sauvés, alors que Chen Jishi, Fang Zhou et He Dongxu, trois étudiants âgés chacun de 19 ans, ont sacrifié leur précieuse vie pour les sauver. Le 28, plusieurs dizaines de milliers se sont réunis spontanément pour faire leurs adieux aux trois jeunes héros. Des femmes de la ville ont brandi une banderole sur la quelle est écrit la phrase « Chers fils, partez tranquillement ! Des mères que vous de connaissez pas. ». Au moment où l'exploit des jeunes étudiants émeut profondément toute la Chine, l'action abominable de certains gens qui demandaient de l'argent pour repêcher les corps des victimes a suscité l'indignation générale.

La septième, tenue pour la première fois au Guangdong du forum des internautes en vue de l'établissement d'une « banque d'intelligence populaire de la Chine méridionale ».

Le 1er novembre 2009 vers dix heures, une dizaine de milliers d'internautes ont cliqué doucement la souris de leur ordinateur afin de pouvoir assister au premier forum des internautes du Guangdong ouvert dans le Centre scientifique de la Province. Les sièges de la salle de réunion forment un très grand « @ » et cent huit internautes venus de tout le pays, assis en rond, ont engagé un débat franc, vif et animé et ont discuté du « principe d'existence » au Guangdong dans la situation où la crise financière sévit à travers le monde. En même temps, le premier groupe de quinze membres de la « banque d'intelligence populaire des régions du sud du pays » ont reçu chacun un contrat d'engagement en lettre d'or, ce qui signifie l'établissement officiel de la plate-forme ouverte, créatrice et égale qu'est la banque d'intelligence en question.

La huitième, la publication conjointe par sept organisations populaires du document intitulé « la position de la société civique chinoise 2009 face au réchauffement climatique ».

Le 17 novembre 2009, le « Groupe de la société civique chinoise de lutte contre le réchauffement climatique », composé de sept organisations populaires, dont les « Amis de la nature », le « Village terrestre de Beijing », les « Volontaires du pays natal vert », le « Centre d'étude de l'environnement public', la « Paix écologique », l' « Assemblée Shile » et le « Soutien par action », a publié « la position de la société civique chinoise 2009 face au réchauffement climatique » (appelé ci-après « Position »).

La « Position » a été conjointement élaborée et mise au point par les sept organisations populaires susmentionnées, puis elle a été discuté et révisée avec la participation d'une quarantaine d'organismes qui ont finalement signé conjointement au bas de ce document qui traduit la connaissance et la position des organismes populaires chinois quant aux sujets des changements climatiques et qui exprime en même temps leur espérance pour le Sommet mondial qui sera tenu à Copenhague. Durant la tenue en 2007 à Bali, en Indonésie de la Conférence sur le réchauffement climatique, les organisations populaires chinoises avaient déjà publié un document intitulé « la position de la société civique chinoise 2007 face au réchauffement climatique ». Comparaison, faite entre les deux documents, la « Position » de 2009 a reçu un plus grand soutien du public chinois par rapport à celle de 2007 et nombreux sont les ONG (Organisations non gouvernementales) qui ont présenté sous divers angles leurs idées, leurs suggestions et leurs propositions.

La neuvième, cinq professeurs ont présenté par écrit leur avis quant au problème de « démolition et de déménagement » et il a été décidé de réviser la « réglementation sur le contrôle de la démolition des maisons dans les villes et du déménagement des locataires ».

Le 2 décembre 2009, la CCTV (Télévision centrale de Chine) a diffusé un passage audiovisuel dans son programme « Nouvelles 1 + 1 » qui a bouleversé et ému tous les téléspectateurs du pays : Tang Fuzhen, une femme de Chengdu, chef-lieu de la Province du Sichuan, debout sur le toit de sa petite maison à trois étages, s'est aspergée d'essence et a allumé le feu pour se suicider.

Cinq jours après, c'est-à-dire le 7 décembre, cinq professeurs de l'Institut des lois de l'Université de Beijing ont présenté sous forme de courrier spécial rapide au Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale la « Proposition d'examen de la ‘Réglementation sur le contrôle de la démolition de maisons dans les villes et le déménagement des locataires' » ou bien de supprimer ladite réglementation ou bien d'établir une commission spéciale afin de présenter par écrit au Conseil des Affaires d'Etat une proposition d'examen suggérant à celui-ci de procéder à la révision de la réglementation en question.

Le Bureau des Affaires juridiques du Conseil des Affaires d'Etat a tenu le 16 décembre un colloque de spécialistes afin de solliciter leurs idées et leurs avis quant à ladite réglementation et il a été décidé de mettre celle-ci dans l'ordre du jour du travail.

La dixième, les citoyens adoptent une attitude calme et douce pour exprimer et formuler les demandes se rapportant à leurs intérêts personnels.

Dès après l'annonce par le gouvernement de Guangzhou du choix du village Huijiang du quartier Dashi de l'Arrondissement Fan'Ou pour la construction d'une usine de traitement des ordures ménagères et de production d'électricité, les habitants des cités d'habitation environnantes, dont le Jardin de Lijiang, le Bigui de Guangzhou et la Baie de Hailong, ont déclenché une grande manifestation contre la construction de l'usine dans cet endroit. Le 10 décembre, l'Arrondissement Fan'Ou a décidé de retarder provisoirement le choix de l'endroit pour la construction du projet en question et a annoncé le lancement d'un débat populaire pour le choix d'un endroit convenant au traitement des ordures et des déchets ménagers.
[1] [2]

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Procès de l'avocat d'un chef de bande criminelle pour violation de ses devoirs professionnels
La Chine continuera à lutter contre la pornographie sur Internet et sur téléphone portable
La France « profondément blessée » après son échec cuisant aux EAU
« C'est maintenant ou jamais » : le marché immobilier en pleine effervescence
Volte-face difficile de la Chine au Sommet de Copenhague
La bulle immobilière est-elle prête à éclater en Chine ?
Relations sino-françaises 2009 : après la pluie, le beau temps