100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 08.12.2009 15h05
Coupe du monde 2010 : les dix grandes raisons qui font que l'Angleterre doit être le grand favori du trophée (3)

05 – L'arrière gauche et l'arrière droit en position de contre-attaque. A l'heure actuelle, la défense de l'équipe anglaise est assurée séparément par Ashley Cole et Glen Johnson et tous les deux, ils sont forts également dans la défense et dans l'attaque. Bien qu'ils sont au poste d'arrière, mais ils sont toujours animés d'un violent désir de contre-attaquer. Et ce qui réconfortant pour eux deux, c'est que l'expérience de l'équipe brésilienne leur donne raison : au cours de la décennie passée, cette dernière a remporté de grandes victoires grâce Roberto Carlos et à Cafu(Marcos Evangelista de Moraes)qui étaient tous les deux des arrières de type attaquant. Alors, maintenant que l'équipe anglaise ce même genre d'arrière, sera-t-elle capable de réaliser les mêmes exploits ? On attend pour voir.

06 – Le destin. En 2008, l'Espagne a pu, après 44 ans écoulés, regagner la Coupe de l'Europe, et ce qui est tout à fait un hasard, de l'année 1966 où l'Angleterre remporta pour la première fois la Coupe du Monde jusqu'à 2010, ce sera justement 44 années de passer. Cette coïncidence signifie-t-elle que l'équipe anglaise est prédestinée à regagner le trophée l'année prochaine en Afrique du Sud ? Cela est vraiment quelque chose de passionnante qui suscite l'intérêt de tout le monde.

[1] [2] [3] [4] [5]

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La conférence de Copenhague tente de conjuguer les efforts pour lutter contre le changement climatique (AVANT PAPIER)
Chine: la mise en oeuvre du plan d'action sur les droits de l'homme progresse
Chine : il est indispensable que le travail soit vraiment rémunéré
Croissance à contre-courant des investissements chinois à l'étranger
La crise financière de Dubaï produit des effets limités sur la Chine
La crise de la dette de Dubaï : qui court le plus grand risque ?
Les taxes commerciales imposées du fait des surcapacités de production chinoises ne sont qu'une « excuse »