Notre Site  Aide  Plan du Site  Archives 
  CHINE
  ECONOMIE
  HORIZON
  MONDE
  SCI-EDU
  SPORTS
  VIE SOCIALE
  ARTICLES
  GALERIE DE
      PHOTOS


  COURRIER
  VOIX DE
      LECTEURS

  APERÇU
  TIBET
  REGIONS
     ADMINISTRATIVES

  CONSTITUTION
  ETHNIES
  INSTITUTIONS
  PORTRAITS
  NOTRE SITE
  PLAN DU SITE
  AIDE
  EMPLOI
 
Mise à jour 09:51(GMT+8), 06/11/2001
MONDE  

Le vice-président chinois sur la Chine et le monde au 21ème siècle

Le vice-président chinois Hu Jintao, actuellement en visite officielle en France a prononcé lundi à l'Institut français des Relations internationales (IFRI) un discours intitulé "la Chine et le monde au 21ème siècle", à l'invitation de M. Thierry de Montbrial, directeur de l'IFRI.

Voici de larges extraits de son discours:

Au cours du 20ème siècle, l'humanité a, d'une part, créé des richesses matérielles et spirituelles immenses, et d'autre part, souffert de guerres chaudes atroces et d'une guerre froide de longue durée. Ayant tiré une leçon profonde des ces expériences douloureuses, les peuples de partout aspirent à une paix durable dans le monde et à une existence stable, tranquille et heureuse au 21ème siècle, une nouvelle ère caractérisée, ainsi qu'ils le souhaitent, par la paix, la sécurité, la coopération et le développement.

Or, en ce début d'un nouveau siècle, nous constatons que le monde se voit offrir des chances jamais connues, mais également se trouve confronté à de sérieux défis. La situation internationale tend à la détente dans son ensemble, tandis que la multipolarisation du monde et la globalisation de l'économie s'affirment davantage. Les sciences et technologies modernes, représentées par les technologies de l'information et la biotechnologie, ont enregistré un essor prodigieux, ce qui a ouvert de vastes perspectives à la croissance économique et au progrès social sur l'ensemble de la planète. L'humanité d'aujourd'hui possède des richesses matérielles et spirituelles inouïes et aspire plus que jamais à une vie tranquille et heureuse. Voilà une condition essentielle et une motivation fondamentale qui contribuent à l'évolution du monde vers un avenir radieux.

Cependant, nous sommes tout à fait conscients du fait que le développement est déséquilibré à l'échelle globale. L'ordre politique et économique international, injuste et irrationnel, reste toujours inchangé. L'écart entre le Sud démuni et le Nord nanti de même que le fossé numérique se creusent de jour en jour. Des conflits locaux dus à des facteurs ethniques, religieux, territorial et autres comme ceux des ressources naturelles se succèdent, alors que toutes sortes de forces terroristes et extrémistes nuisent sans cesse à la communauté internationale. Les problèmes planétaires, comme l'environnement, la drogue et les réfugiés, se posent avec une acuité accrue. Pour l'humanité, il reste encore une lourde tâche à accomplir et un long chemin à parcourir avant d'arriver à réaliser leurs souhaits du 21ème siècle.

Dans cette conjoncture internationale très complexe, les différents pays font face à une question majeure, celle de savoir comment saisir les chances, relever les défis, sauvegarder la paix et promouvoir le développement. Nous sommes confrontés à des problèmes planétaires, dont le règlement exige la participation de tous les peuples du monde, la solidarité et la coopération au sein de la communauté internationale, de même que l'engagement de l'ONU et de son Conseil de Sécurité, qui doivent jouer pleinement leur rôle à cet égard.

La Chine, un grand pays en développement hautement conscient de ses responsabilités, poursuit sans défaillance sa politique étrangère d'indépendance et de paix, ayant comme objectif fondamental le maintien de la paix mondiale et la promotion d'un développement partagé. Elle entend travailler inlassablement, de concert avec tous les autres pays et peuples épris de paix, attachés au développement et aspirant au progrès, pour la création d'un environnement international de paix durable.

La multipolarité constitue un socle important pour l'avènement d'une paix durable sur notre planète. Elle favorise l'établissement d'un nouvel ordre politique et économique international, juste et rationnel, la réalisation de la paix et de la tranquillité dans le monde, et l'instauration d'un cadre politique international relativement stable, de nature à promouvoir les échanges et la coopération entre les divers pays sur la base du respect mutuel de l'indépendance et de la souveraineté, de l'égalité et du bénéfice réciproque. Les affaires du monde ne doivent pas être monopolisées par une superpuissance ; elles nécessitent plutôt la participation de tous les peuples. Nous observons que ce principe devient progressivement un consensus de la communauté internationale, approuvé et soutenu par un nombre croissant de pays.

Sur la scène internationale, la Chine et l'Europe sont deux forces politiques et économiques en ascension, qui joueront désormais des rôles de plus en plus importants dans le processus de la multipolarisation. Avec le développement et la montée en puissance de la Chine, nous apporterons une contribution plus vaste et plus significative à la sauvegarde de la paix et de la stabilité dans le monde.

La démocratisation des relations internationales représente un gage essentiel pour la paix mondiale. Tous les pays, qu'ils soient grands ou petits, riches ou pauvres, sont membres égaux au sein de la communauté internationale. Les affaires de chaque pays sont du ressort de son gouvernement et de son peuple ; les affaires internationales doivent faire l'objet de consultations menées sur un pied d'égalité entre différents gouvernements et peuples. S'il s'agit des enjeux majeurs qui touchent à la paix régionale et mondiale, il faut trouver des solutions négociées et pacifiques aux différends, conformément aux buts et principes de la Charte des Nations Unies ainsi qu'aux normes universellement reconnues des relations internationales. Nous vivons dans un monde à multiples facettes, qui ne saurait être régi par un modèle unique.

Il convient de reconnaître la diversité du monde, de respecter les traditions historiques et culturelles, le système social et la voie de développement de chaque pays. La communication et l'inspiration entre les diverses civilisations constituent une force motrice pour le progrès de l'ensemble des civilisations de l'humanité. Les différents systèmes sociaux comme les différentes civilisations doivent et peuvent coexister durablement, se compléter mutuellement dans la concurrence et se développer ensemble en recherchant des terrains d'entente par-delà les divergences.

Dans les relations internationales, la Chine se prononce toujours en faveur de la justice, défend sa souveraineté, son indépendance et sa dignité, tout en s'opposant à l'hégémonisme sous quelque forme que ce soit. Au 21ème siècle, elle continuera d'intensifier de façon soutenue ses échanges et sa coopération avec les autres pays du monde sur la base de l'égalité et du respect mutuel, afin qu'ils approfondissent la connaissance mutuelle, élargissent l'identité de vues, apprennent les uns auprès les autres et avancent côte à côte.

Dans l'évolution du monde actuel, la globalisation de l'économie est un courant irrésistible, qui influe profondément sur l'activité économique, la vie politique et sociale dans le monde. Elle nous apporte des chances, mais lance en même temps des défis. Les mouvements antimondialistes apparus ces dernières années à bien des endroits du monde méritent des réflexions approfondies. Jusqu'ici, les pays développés ont été les principaux bénéficiaires de la mondialisation, tandis que les pays en développement n'ont pu en profiter que très peu et risquent même d'être marginalisés. Seule une globalisation fondée sur l'égalité de tous les pays permettra réellement un développement durable de l'économie mondiale.

Instruite par les expériences du passé, la Chine a acquis la conviction qu'à une époque de progrès accélérés des sciences et technologies, aucun pays ne saurait se moderniser en fermant ses portes. Il y a plus de deux décennies, la Chine a ouvert résolument sa porte et mis en oeuvre sa politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur, optant ainsi pour une intégration toujours plus poussée de son économie dans l'économie mondiale. Son adhésion prochaine à l'OMC, à l'issue de 15 ans de négociations ardues, marquera une nouvelle étape de ce processus d'échanges et d'intégration.

La Chine déploiera tous ses efforts pour la participation égale de tous les pays au processus décisionnel des dossiers économiques planétaires et à l'élaboration des règles du jeu de l'économie mondiale, pour l'instauration d'un système international financier et commercial rationnel et la réduction des risques encourus par les pays en développement, bref pour que soit enrayée cette tendance marquée par un enrichissement accentué des nantis aux dépens des déshérités toujours plus gravement appauvris. La diminution de l'écart Nord-Sud contribuera non seulement à la croissance régulière de l'économie mondiale, mais aussi à l'élimination définitive de multiples facteurs d'instabilité sur notre planète.

Maintenant que la guerre froide a pris fin, la communauté internationale doit adopter un nouveau concept de sécurité, axé sur la confiance mutuelle, le bénéfice réciproque, l'égalité et la coopération, afin de créer un environnement international de paix qui soit stable, durable et sûr. L'expansion des armements, loin de favoriser la sécurité, amènera avec elle de nouveaux éléments d'instabilité.

Au 21ème siècle, l'ordre de la sécurité internationale doit reposer sur la coopération internationale et l'ensemble des actes juridiques internationaux. Rechercher la sécurité à partir de la confiance mutuelle et engager la coopération dans l'esprit du bénéfice réciproque, seule cette façon d'agir permet de réduire radicalement les facteurs d'insécurité et d'assurer durablement la tranquillité sur notre planète. La Chine s'attachera elle-même à traduire ce nouveau concept en actions. Fidèle aux cinq principes de la coexistence pacifique, elle veillera toujours à vivre en bons termes et à coopérer en toute sincérité avec les autres pays du monde sur un pied d'égalité.

Dans l'histoire de l'humanité, jamais il n'y a eu une institution aussi représentative que l'ONU, ni une organisation capable d'exercer une influence aussi considérable et profonde sur le monde. En ce 21ème siècle, il importe de préserver et d'accroître encore davantage l'autorité et le rôle de l'ONU.

Pays fondateur de l'ONU et membre permanent du Conseil de Sécurité, la Chine a toujours pris une part active aux affaires de l'ONU et apporté sa part de contribution à la sauvegarde de la paix mondiale, à la promotion d'un développement partagé, à la défense de la justice et à la préservation de l'équité à l'échelle planétaire. Elle entend oeuvrer de concert avec les autres pays du monde pour que l'ONU puisse défendre plus efficacement la paix et la sécurité internationales et procurer par-là un environnement propice au développement de chaque pays.

Ainsi que les événements du 11 septembre aux Etats-Unis en ont témoigné une fois de plus, le terrorisme international est déjà devenu un énorme fléau qui nuit à tous, qui menace gravement la paix et la stabilité sur notre planète. La Chine condamne et combat fermement toute forme de terrorisme international. Elle est d'avis que la communauté internationale doit intensifier le dialogue, engager la coopération et se mobiliser entièrement dans la lutte contre ce mal.

Dans le même temps, elle estime que la lutte antiterroriste doit être menée dans le respect des buts et principes de la Charte des Nations Unies ainsi que des normes du droit international universellement reconnues, en amenant le Conseil de Sécurité à jouer pleinement son rôle. Toute opération en ce domaine doit servir les intérêts à long terme, c'est-à-dire profiter durablement à la paix et au progrès dans le monde.

Au fur et à mesure que la mondialisation s'accélère, le problème des multiples crimes transnationaux, tels que le trafic de drogues, l'immigration clandestine, se pose avec toujours plus d'acuité. Voilà qui compromet gravement la stabilité politique et la croissance économique des différents pays. La Chine entend renforcer au 21ème siècle sa coopération avec tous les autres pays dans la lutte commune pour endiguer la propagation de ces crimes.

La nation chinoise est depuis toujours une nation éprise de paix et amie de ses voisins. Le peuple chinois est farouchement attaché à la paix et à la liberté chèrement acquises, d'autant plus que dans un passé peu éloigné, il a lui-même souffert énormément de l'agression et de l'asservissement perpétrés par des puissances étrangères.

Comme les faits constatés depuis la fondation de la Chine nouvelle l'ont prouvé avec éloquence, la Chine a été de tout temps une force de poids militant pour la paix et la stabilité en Asie comme dans le monde entier. Ayant avancé en premier les cinq principes de la coexistence pacifique, elle honore scrupuleusement son engagement solennel de ne jamais pratiquer l'hégémonisme, ni faire partie d'un bloc d'influence. Et c'est encore elle qui a proposé un nouveau concept de sécurité, axé sur la confiance mutuelle, le bénéfice réciproque, l'égalité et la coopération. Par autant d'initiatives, la Chine a apporté sa part de contribution à la promotion de la paix et de la sécurité au niveau régional et mondial.

Depuis la fin des années 70 du siècle dernier, la Chine a appliqué, à l'initiative de Monsieur Deng Xiaoping, une politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur, se frayant ainsi une voie originale en matière d'édification du pays, celle d'un socialisme à la chinoise. Elle a ainsi accompli des réalisations remarquables sur le plan du développement économique et du progrès social. Elle jouit à présent d'une situation marquée par la stabilité politique, l'unité nationale et la croissance économique. Nous avons franchi la première étape de la mise en application d'une économie de marché socialiste. Le peuple chinois, généralement parlant, mène aujourd'hui une vie d'aisance moyenne. Pourtant, la Chine reste un pays en développement, à cause d'une population fort nombreuse, d'un point de départ trop arriéré et de déséquilibres dans son essor économique et culturel. La construction économique en vue de la modernisation totale du pays est donc pour nous une tâche centrale de longue haleine.

Par conséquent, nous avons besoin d'un voisinage favorable et d'un environnement international de paix durable. Nous nous opposons résolument à l'hégémonisme et à la politique du plus fort. Le développement de la Chine ne constituera jamais une menace pour aucun pays; bien au contraire, il profitera à la paix et à la prospérité régionales et mondiales.

Dans la réalisation de la paix et du développement au 21ème siècle, l'Europe peut et doit jouer un rôle important. Dans le monde, l'Europe de l'Ouest est la région qui réunit le plus grand nombre de pays développés, et l'Union européenne, le regroupement régional le plus grand et ayant atteint un degré d'intégration plus élevé que tout autre. Depuis des années, l'Union européenne progresse sans cesse dans le renforcement de sa construction intérieure comme dans son élargissement, occupant ainsi une place croissante sur la scène internationale. N'ayant aucun conflit d'intérêts direct entre elles, la Chine et l'Europe partagent de larges intérêts communs. Qu'elles intensifient leur coopération, une coopération durable et globale dans les divers domaines, cela non seulement correspond aux intérêts fondamentaux des deux parties, mais également profite à la paix et au développement dans le monde entier.

Au cours des dernières années, la coopération sino-européenne s'est enrichie de jour en jour; le dialogue et la concertation politiques aux différents niveaux ont enregistré des résultats positifs et les échanges multiples sur les plans économique, commercial, technique, scientifique, culturel, éducationnel et autres ont gagné en profondeur. Nous espérons que la coopération sino-européenne, menée sur un pied d'égalité et mutuellement bénéfique, donnera des fruits encore plus abondants en ce nouveau siècle.

La France est un membre important de l'Union européenne. La Chine et la France, toutes deux membres permanents du Conseil de Sécurité de l'ONU, assument l'une comme l'autre de lourdes responsabilités dans les affaires internationales. Avec une identité de vues sur un large éventail de questions planétaires et une forte complémentarité en matière économique, elles ont d'énormes potentialités à exploiter quant à leur coopération. La Chine attache une haute importance à ses relations avec la France. En 1964, le président Mao Zedong et le général de Gaulle, par leur clairvoyance, ont pris la décision historique d'établir des relations diplomatiques entre la Chine et la France, inaugurant une nouvelle page dans les annales des rapports sino-français.

En 1997, le président Jiang Zemin et le président Jacques Chirac, en signant la Déclaration conjointe sino-française sur la création d'un partenariat global tourné vers le 21ème siècle, ont fait accéder les rapports des deux Etats à un niveau stratégique. Ces dernières années, les dirigeants des deux pays ont maintenu d'intenses contacts entre eux et échangé souvent leurs opinions sur les questions internationales d'importance majeure, tandis que le mécanisme de consultations politiques et de dialogue stratégique aux différents niveaux a fonctionné de manière efficace.

Par ailleurs, la coopération bilatérale s'est révélée fructueuse dans les domaines de l'économie, du commerce, des sciences et technologies, de la culture, de l'éducation. Dans l'actuelle conjoncture internationale, aussi complexe que changeante, la Chine et la France ont besoin, plus que jamais, d'intensifier leurs consultations, leurs échanges ainsi que leur coopération. Je suis convaincu que grâce aux efforts conjugués de part et d'autre, les relations d'amitié et de coopération sino-françaises s'approfondiront sans cesse.

A la conférence-débat ont assisté plus de 200 personnalités et chercheurs dans le domaine des relations et des autres problèmes internationaux de France. Le vice-président chinois a répondu à des questions posées par des chercheurs.








Sous Cette Rubrique
 

Le vice-président chinois Hu Jintao, actuellement en visite officielle en France a prononcé lundi à l'Institut français des Relations internationales (IFRI) un discours intitulé "la Chine et le monde au 21ème siècle", à l'invitation de M. Thierry de Montbrial, directeur de l'IFRI.

Recherche avancée


 


Copyright © 2000-2001   Le Quotidien du Peuple en ligne  Tous droits réservés.